Une autre mode est-elle possible ?

Lo Neel
Lo Neel est une marque vegan. Ici, la Ceinture Alek et le Perfecto Ananas Silver en fibre de feuilles d’ananas bio

La Fashion Revolution Week (FRW) est une campagne annuelle organisée par Fashion Revolution, une organisation internationale fondée par Carry Somers et Orsola de Castro à la suite de la catastrophe de Rana Plaza, le 24 avril 2013 à Dacca au Bengladesh. Pour rappel, 1 130 personnes sont mortes dans l’effondrement de ce bâtiment qui abritait des ateliers de confection travaillant pour diverses grandes marques occidentales. Le rêve des membres de ce grand mouvement d’activisme est de mettre fin aux impacts environnementaux et sociaux de l’industrie textile dans le monde, de trouver des solutions durables, de combattre les injustices et de valoriser les gens avant la croissance et les profits.

Vaste programme dont le collectif UAMEP, Une Autre Mode Est Possible, et Fashion Revolution France font activement la promotion en France. Ce 22 avril 2023, ils organisaient le Défilé des Autres Modes, célébrant par la même occasion le Jour de la terre (#earthday), avec la complicité des Canaux, une association parisienne qui forme et accompagne les acteurs économiques engagés pour la solidarité et la planète, et qui avait ouvert sa demeure aux créateurs, designers, mannequins et autres artistes étant venus prêter main forte.

Laines Paysannes (Ohanelle) - Marthe (Chrislène) - Nuance Paris (chapeau)
Une robe de Laines Paysannes, portée par Ohanelle-Astrée, et une robe de Marthe Paris portée par Chrislène. Casquette et chapeau sont de Nuance Paris
Laines Paysannes (Ohanelle) - Nuance Paris (chapeau)
Laines Paysannes crée des vêtements et de la décoration intérieure en laines de moutons des Pyrénées
Laines Paysannes (Ohanelle)
Laines Paysannes
Marthe (Chrislène) - Nuance Paris (chapeau)
Marthe Paris – Nuance Paris (chapeau)

Ma manière de participer à la réflexion sur les alternatives possibles à la fast fashion et de promouvoir les initiatives responsables a été de me faufiler dans les coulisses de l’événement pour ressentir l’atmosphère de cette autre mode et rencontrer les actrices (majoritaires) et les acteurs de jeunes marques soucieuses d’environnement et de respect humain. Dans une joyeuse ambiance où le stress ne fut jamais surjoué, première grande différence avec les défilés que je connais, pros et amateurs accordèrent leurs violons avec sérieux mais bonne humeur, et suivirent leur partition sans couac majeur sous le regard bienveillant d’Arielle Lévy, fondatrice de l’UAMEP.

UAMEP
Paul, metteur en scène du défilé (entre autres casquettes)
Münja Paris - Combinaison Amélia (Olivier)
Münja Paris se présente comme du prêt-à-porter pour femme sur son site internet, mais la combinaison Amélia est très bien portée par Olivier. Les tissus sont sourcés en France, Italie ou ont été upcyclés des stocks dormants de la maison LVMH
Les carnets de Mimi (Iris)
Iris dans une tenue des Carnets de Mimi, créée à partir de masques chirurgicaux abandonnés
Les carnets de Mimi (Iris)
Les carnets de Mimi (Iris)
UAMEP (Abel et Céline)
Céline en personne est accompagnée d’Abel pour présenter quelques créations de jeans upcyclés de l’Atelier Céline Dupuy, qui  crée des pièces uniques (à la commande) et anime aussi des workshops en couture, broderie, réparation, car la transmission lui est essentielle
DanceFiber - Panapaná Paris (Angélique)
DanceFiber utilise des matières premières certifiées GOTS et confie la confection de ses vêtements à des petits ateliers en France et Italie. Angélique porte un pantalon en maille de laine/coton en résille ajourée et teinture naturelle fait main, et un top de chez Panapaná Paris, qui cultive, récolte et tisse son propre coton, en partenariat avec des coopératives d’agriculteurs
Panapaná Paris (Samba)
Panapaná Paris (Samba)

Une autre mode est-elle possible ? Il semblerait que oui, et malgré les difficultés rencontrées par les jeunes créateurs, je peux affirmer que cette mode éthique est ardemment souhaitée par ces passionné.e.s qui n’ont pas les deux pieds dans le même sabot. Le vêtement est affaire de culture, il a toujours été associé à l’expression des identités, que ce soit dans le choix d’un style individuel, l’adhésion à un groupe social ou la revendication d’une appartenance à une culture.  A cet égard, les mouvements pour une mode responsable sont au confluent de la création artistique, de l’artisanat, de l’innovation et du militantisme, avec des réponses très variées, qui vont de l’upcycling (créer du neuf avec du vieux) à l’utilisation exclusive de produits naturels (laine, coton, lin…), en passant par la recherche de matières innovantes comme la fibre végétale d’ananas, de pétales de roses ou de soja bio.

A suivre !

Chaussettes orphelines (Mélissa)
Chaussettes Orphelines recycle les vieilles chaussettes pour en faire du fil à tricoter de nouvelles chaussettes, mais pas seulement… Tenue portée par Mélissa
La Partisienne (Lana)
Lana dans de la lingerie de La Partisienne, qui crée des collections coupées et conçues à partir de stocks de tissus délaissés par des maisons de couture ou grandes enseignes françaises
La Partisienne
La Partisienne

Per Dare, pièce chorégraphique d’Alice Kinh

Conception et chorégraphie | Alice Kinh
Co-création et interprétation | Léa Anderson
Création lumière | Jérôme Beaudoin
Création vidéo | Adrien Heinz
Musique | Maryus Vague
Regard dramaturgique | Emilie Léveillé
Festival A Corps | TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers
Photographie | by me

Présentation sur le site du TAP : Solo fantomatique de la perte
Présentation sur le site d’Alice Kinh.

PER-DARE-ALICE-KINH-2-3

Après le quatuor Farandole de solitudes, le solo Per dare est le deuxième volet d’un travail qui s’inspire des danses macabres du Moyen-Âge et questionne l’absence, la mort et la solitude. Alice Kinh explique que les danses macabres ne sont pas morbides, mais expriment à l’inverse la force vitale, la force créatrice, populaire et festive du vivre ensemble.

Dépasser l’angoisse de mort, regarder la mort en face, l’apprivoiser, c’est ce que propose la chorégraphe et son interprète Léa Anderson dans ce solo qui invite les spectateurs à contempler et ressentir l’absence et la présence des êtres disparus.

PER-DARE-ALICE-KINH-2-4

 

PER-DARE-ALICE-KINH-2

 

PER-DARE-ALICE-KINH-92081

 

PER-DARE-ALICE-KINH-92717

 

PER-DARE-ALICE-KINH-92743

 

PER-DARE-ALICE-KINH-92786

 

PER-DARE-ALICE-KINH-92867

Love Brings Love

Photos | by me

« Love Brings Love » était l’expression fétiche d’Alber Elbaz. Le 5 octobre 2021, 46 créateurs et maisons ont rendu hommage à Alber Elbaz et à son œuvre dans un défilé exceptionnel.

lovebringslove-1004825

lovebringslove-1004833
BALENCIAGA, Demna Gvasalia
lovebringslove-1004878
GIORGIO ARMANI
lovebringslove-1004882
GUO PEI
lovebringslove-1004888
JEAN-PAUL GAUTHIER
lovebringslove-1004903
RICK OWENS
lovebringslove-1004918
THEBE MAGUGU
lovebringslove-1004928
THOM BROWNE
lovebringslove-1004939
VIKTOR & ROLF, Viktor Horsting et Rolf Snoeren

lovebringslove-1004955

lovebringslove-1004964
AZ FACTORY, Alber Elbaz

Marianne Faithfull

Direction | Kristian St. Clair
Direction of photography | by me

Marianne Faithfull
Marianne Faithfull, capture vidéo

Milieu d’après-midi, par une chaude journée parisienne. Marianne Faithfull nous reçoit dans son appartement pour une interview. Nous : Julien Gaurichon, Frédéric Bas, Séverine Roly et moi-même.

Kristian St. Clair, réalisateur américain, a demandé à la fine équipe d’Ethnomedia de recueillir les souvenirs de la chanteuse et actrice, pour son prochain docu sur Jack Nitzsche. Jack Nitzsche est mort en août 2000. Compositeur, arrangeur et producteur américain, il a collaboré avec Phil Spector, Neil Young & Crazy Horse et les Rolling Stones. Il apparaît pour la dernière fois en 2000 dans un film sur Willy DeVille coréalisé par Frédéric Bas et Julien Gaurichon : Fools Upon The Hill.

« Vous préférez peut-être réaliser l’interview dans ma chambre ? » demande Marianne Faithfull à notre arrivée. Avant de considérer que, finalement, ça n’est pas une bonne idée. Ses regards et ses sourires ironiques donnent le ton. La dame, polie et courtoise, est cash. Elle en a vu d’autres.

Marianne Faithfull

Marianne Faithfull, screenshot vidéo, by Jean-Christophe Moine

« IT WAS AN IDEA TO SET UP THE RECORDING SESSION OF « SISTER MORPHINE » WITH JACK NITZSCHE. AND THE FACT THAT HE WENT TO THE TROUBLE OF DOING THIS WHILE THE STONES WERE MIXING LET IT BLEED SHOWS THAT IT WAS TAKEN SERIOUSLY.
WE PUT DOWN THE INSTRUMENTAL TRACK IN LOS ANGELES (THE VOCALS WERE DONE IN LONDON). MICK PRODUCED THE SESSION AND RY COODER, JACK NITZSCHE, MICK AND CHARLIE WATTS PLAYED ON IT.
JACK NITZSCHE WAS A VERY FUNNY, NEUROTIC GUY HAVING PROBLEMS WITH HIS MARRIAGE AND TALKING A LOT ABOUT THE FAULT IN CALIFORNIA, THE EARTHQUAKE. »

FAITHFULL: AN AUTOBIOGRAPHY, MARIANNE FAITHFULL, COOPER SQUARE PRESS, 2000, PAGE 167.

Etoil’Clown, des clowns à l’hôpital

Diffusion | Apivia Prévention
Reportage | by me

Au milieu des années 80, les clowns sortent des cirques pour explorer d’autres espaces, et notamment les hôpitaux !

Apollon, dieu des arts, était aussi un dieu guérisseur. Quant à son fils Asclépios, dieu de la médecine, il accueillait dans son sanctuaire, il y a plus de deux mille ans, des hommes et des femmes venus chercher un soulagement à leur souffrance. Il s’y jouait des tragédies aux vertus thérapeutiques, car les Grecs croyaient en la puissance du verbe et du jeu pour soulager la douleur.

La construction de théâtres dans les hôpitaux a été engagée dès les années 30 en France, mais il a fallu attendre les années 80 pour voir la multiplication de projets artistiques et culturels dans des services de pédiatrie et des hôpitaux psychiatriques. Depuis 1999 seulement, une convention entre les ministères chargés de la culture et de la santé favorise le développement d’activités culturelles et artistiques dans les hôpitaux et incite les acteurs culturels et directeurs d’établissement de santé à construire ensemble une politique culturelle.

C’est dans ce mouvement de ré-introduction de l’art et de la comédie dans les lieux de soin que l’art clownesque a investi, lui aussi, les couloirs de l’hôpital.

Lire le reportage complet : Des clowns à l’hôpital

Naomi et Lisa-Kainde Diaz, Ibeyi

A peine les pieds posés sur le tarmac de Roissy, je reçois un appel de Luc Gaurichon, le boss de Caramba. Es-tu disponible demain pour une captation de concert ? Les sœurs Diaz du duo Ibeyi terminent une résidence à La Sirène (la belle et dynamique salle de concert de la Rochelle) et on aurait besoin d’une trace de ce travail. Evidemment, oui !

La rencontre avec les jumelles Naomi et Lisa-Kainde est naturelle et amicale. L’ambiance et drôle, les anecdotes savoureuses et la relation entre les deux sœurs électrique et complice à la fois.

Comme d’habitude, l’accueil de La Sirère est parfait. David Fourier se plie en quatre pour nous faciliter le boulot. Un vrai bonheur. Le concert est une agréable découverte qui titille l’ethnologue que je reste, curieux des références que les artistes puisent dans la tradition yoruba et la culture cubaine.

Une petite séance photo après le concert, clic-clac, on espère se revoir vite !
Et dans la boite, j’ai le premier concert des deux sœurs !

Initiation djéninké en Pays dogon (Mali)

Comment une société définit-elle la nature humaine, comment se distingue-t-elle des autres sociétés humaines (identité ethnique), et comment construit-elle la place des hommes par rapport aux femmes (identité initiatique masculine). Ce sont les questions sur lesquelles j’ai travaillé auprès des Djéninké du Pays dogon (Mali), pour un doctorat d’ethnologie obtenu en 1998.

Ces questions furent posées à l’occasion de plusieurs rituels, dont l’un des plus marquants est l’initiation des garçons, durant laquelle de jeunes adolescents font l’expérience de leur nature humaine, de leur appartenance à une ethnie et de leur séparation définitive du monde des femmes. Une analyse détaillée de ce rite constitue la troisième partie de ma thèse (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, Université Paris X-Nanterre).

J’ai pu participer à cette initiation en 1995, et, plus exceptionnel, j’ai été autorisé à photographier l’ensemble des rituels de cette période de deux mois débutant par la circoncision des jeunes initiés.

Initiation, pays dogon, Mali
Initiation, pays dogon, Mali

Initiation, Pays dogon