L’initiation des garçons chez les Djéninké du pays dogon (Mali)


Comment une société définit-elle la nature humaine, comment se distingue-t-elle des autres sociétés humaines (identité ethnique), et comment construit-elle la place des hommes par rapport aux femmes (identité initiatique masculine). Ce sont les questions sur lesquelles j’ai travaillé auprès des Djéninké du Pays dogon (Mali), pour un doctorat d’ethnologie obtenu en 1998.

Ces questions furent posées à l’occasion de plusieurs rituels, dont l’un des plus marquants est l’initiation des garçons, durant laquelle de jeunes adolescents font l’expérience de leur nature humaine, de leur appartenance à une ethnie et de leur séparation définitive du monde des femmes. Une analyse détaillée de ce rite constitue la troisième partie de ma thèse (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, Université Paris X-Nanterre).

J’ai pu participer à cette initiation en 1995, et, plus exceptionnel, j’ai été autorisé à photographier l’ensemble des rituels de cette période de deux mois.

Initiation, Pays dogon